fbpx
Slash, sur les réseaux

Société

Qu’on le veuille ou non, nous sommes tous (un peu) racistes

© Flickr

Publié

le

Les racistes sont des imbéciles. Fini, emballé.

Ouais… ben il n’empêche que perso j’ai quand même eu peur l’autre jour en apercevant un homme à la barbe noire bien fournie embarquer dans le même avion que moi… Et ça alors même que je prêche à tout va le « pas d’amalgame », humanisme de rigueur en ces temps. Ça voudrait dire que je suis raciste ? 

Si cette question vous a déjà traversé l’esprit, on peut d’ores et déjà supposer que vous n’êtes pas du côté obscur de la force, comme dirait l’autre. Ou peut-être l’êtes-vous, mais à votre insu cependant. Sommes-nous réellement tous racistes ? Pour le savoir, zoom sur la problématique du rejet de l’autre et sur quelques notions de psycho’ sociale. 

Le racisme

Cet ennemi des bonnes consciences ne semble point perdre du terrain dans les préoccupations humaines. Malgré les terribles leçons de l’Histoire, il n’y a rien à faire, cette théorie prônant une inégalité entre de prétendues races humaines persiste. Tel un virus, le racisme évolue et n’épargne personne. Si la ségrégation dite « biologique » n’est aujourd’hui plus tolérée, on observe toutefois que le racisme « différentialiste » est toujours d’actualité. Qu’il soit question de religion ou d’orientation sexuelle, c’est toujours la même rengaine. Or, si l’on réfléchit honnêtement, le racisme, l’antisémitisme ou le sexisme ne sont en réalité rien d’autre que des formes de rejet de l’altérité humaine. On est raciste envers les musulmans, envers les Français, envers les Chinois… Mais on l’est d’une certaine manière également avec les handicapés, les végétaliens, les étudiants… Bref, il se décline en plusieurs modèles et s’affiche plus ou moins bien suivant la saison. Collection printemps arabe à l’honneur ces dernières années.

Comment le racisme fonctionne-t-il ?

Il semblerait qu’on puisse dessiner les contours du problème grâce à la psychologie sociale. Voyons donc quelques termes dont la pertinence n’est plus remise en doute pour traiter de notre sujet.

Le stéréotype est un VIP, une grande star. Tout le monde use de ses charmes ravageurs. Dans le dico’ psycho’, le stéréotype est une croyance partagée. Il fait croire à la plupart d’entre nous que les membres d’un groupe social particulier vont présenter certaines caractéristiques. Les Suisses sont lents, les blondes sont idiotes, les Italiens parlent avec les mains, les Français râlent tout le temps. En soi, le stéréotype n’est pas bien méchant. Son but ? Aider notre cerveau à traiter la réalité qui l’entoure, à catégoriser rapidement. Pour parler scientifique, le stéréotype n’est rien de plus qu’un outil cognitif. Eh oui ! avec la quantité d’informations que notre cortex cérébral doit ingurgiter dans une vie, il paraît évident qu’il doive procéder à un tri, quel qu’il soit.

Dans l’ombre du stéréotype se trouve le préjugé. Un peu moins charmant le lascar, mais plus engagé. Si on peut en effet utiliser les stéréotypes pour faire de l’humour, sans y prêter trop attention, le préjugé s’octroie pour sa part le jugement positif ou négatif à l’égard d’un groupe social. En somme : tu likes ou tu likes pas. Et ce, sans forcément connaître. J’aime pas les noirs, les rappeurs, les politiciens… En général, on admettra que ces jugements sont plutôt négatifs.

© Flickr

Le préjugé se fait pour sa part souvent suivre de très près par la discrimination. Cette dernière, plus virulente, fait le pas ultime dans le processus de rejet de l’autre. Ce n’est plus du « j’aime ou j’aime pas » mais du « je t’embauche pas parce que t’es moche, parce que t’es une femme, un handicapé, parce que t’es Kosovar, homo ou lesbienne ». La discrimination, c’est l’action qui résulte d’un préjugé non contrôlé – positif comme négatif.

Vous pensez être au-dessus de tout cela ? Allez donc faire un tour sur ce site.

Est-ce que je peux y faire quelque chose ?

D’accord, on l’a compris, ces mécanismes sont en chacun de nous. Mais si l’on considère maintenant la pagaille mondiale occasionnée depuis Mathusalem par les trois éléments présentés plus haut, on est tenté de se demander s’il n’est pas possible de les neutraliser. Bien qu’il semble être dans la nature humaine de vouloir protéger les membres de son propre clan contre l’envahisseur, on aimerait tout de même considérer voler un peu plus haut que nos amis de l’âge de pierre. Notre monde globalisé ne nous permet plus d’avoir peur de celui qu’on ne connaît pas. Pourquoi ? Eh bien, parce que nous avons Internet et la littérature pour nous informer à leur sujet, pour essayer de voir le monde avec leurs yeux. Il est en soi hypocrite de profiter des bienfaits de la mondialisation, de l’apport des autres cultures à la nôtre en rejetant ceux qui en font partie. Il est hypocrite de sauter dans le premier avion pour aller, le temps d’un été, se frotter aux populations d’ailleurs et de revenir en faisant comme si de rien n’était. Malheureusement, nous sommes fainéants. Il faut en effet faire un certain effort pour se débarrasser des mécanismes hérités de nos parents et de notre environnement culturel, quand il s’agit d’aller parler sans préjugé à Marc qui aime Lucas. C’est un fait, nous sommes constamment bombardés par des stéréotypes, que ce soit dans la publicité qui se plaît à montrer des femmes respirant le parfum de leur linge fraîchement lavé, ou dans les médias qui s’empressent de rappeler l’origine des malfaiteurs quand ils sont étrangers. Pour mieux trier l’information, on généralise des phénomènes tendant à déshumaniser les individus qui font partie de ces groupes sociaux. On analyse tout, on prend du recul, on brasse des chiffres, des données, des vies. On en oublie que le flux migratoire est composé d’individus avec probablement les mêmes préoccupations que nous. Quoi que… Ils n’ont peut-être effectivement pas grand chose à faire du célébrissime arrière-train de Kim Kardash’.

Mais que peut-on faire, concrètement si on en a marre de tout ça ? S’afficher avec le hashtag #JeSuis, suivi d’un pays ou d’une entité meurtrie, sur Facebook et Instagram ? Certaines études en psychologie tendent à démontrer que le fait de coopérer serait susceptible d’atténuer les préjugés hostiles à l’égard d’un groupe. Rencontrer les gens et les envisager comme des individus avec une histoire personnelle, des passions et non comme uniquement faisant partie d’un groupe permettraient d’enlever ces barrières cognitives. En gros, plus on prend le temps de rencontrer des gens de tous bords, plus on casse ces dynamiques cloisonnées. À première vue, ça paraît simple étant donnée la société connectée dans laquelle nous évoluons. Sauf que tout ça, ça demande du temps et un bel effort.

© Flickr

Combattre la discrimination, c’est apprendre à maîtriser sa pensée quand on voit ces informations, quand on voit ces pubs. C’est se rendre compte qu’il est normal de ressentir de la peur dans ce climat anxiogène dépeint par les médias. C’est avoir la force et le courage de stopper consciemment le processus lorsque des envies discriminatoires nous prennent. C’est de donner une chance à l’autre, même si on n’en ressent pas l’envie. C’est de rencontrer ceux qu’on ne connaît pas, c’est sortir de sa zone de confort. Combattre la discrimination, qu’elle vienne de nous ou des autres, c’est réfléchir aux actions qu’on pose en mesurant leur impact, aussi infimes qu’ils puissent paraître.

En somme, combattre le racisme, c’est regagner sa souveraineté intellectuelle.


Pour aller plus loin : 
  • Doise, W. (2009). Discriminations sociales et droits universels. France : Presses universitaires de Grenoble
  • Légal, J.-B. & Delouvée, S (2015). Stéréotypes, préjugés et discrimination. Paris : Dunod
  • Leyens, J. (2012). Sommes-nous tous racistes ?. Wavre, Belgique : Mardaga

Société

Paléo : le lexique québécois pour «se payer la traite» au Village du Monde

Publié

le

En 2008, l'Europe de l'Est fut mise en lumière grâce au Village du Monde – © Paléo / Boris Soula

Pour sa 17e édition, le Village du Monde du Paléo Festival mettra le cap sur le Québec et sa culture. Voici quelques locutions pour comprendre crissement mieux le français de la Belle Province.

«Si vous t’as la parlure québécoise, tu vas clairement t’achaler sur ces lignes-là». Comprenez : si vous parlez le français québécois, vous vous ennuierez certainement à la lecture de cet article.

Le Paléo Festival commence mardi, pour une 44e édition qui fera la part belle à la francophonie. Et pour cause, le traditionnel Village du Monde du festival, avec ses concerts, décors, et son artisanat typique, mettra le cap cette année sur le Québec et sa culture.

Lire aussi :  Douce francophonie et rap solide au Paléo

Depuis de nombreuses années déjà, les autres francophones du monde, qui prennent terre en sol québécois, pour une nuit ou pour la vie, tergiversent volontiers sur le sens du «dialecte» pratiqué par les Québécois, nos cousins «pure laine».

Alors, pour avoir une parlure impeccable auprès de votre voisin de comptoir, Slash vous propose un lexique québécois faisant appel à quelques locutions bien utiles sur la Plaine de l’Asse (ou pas).

Parlure empreinte d’hisoire

Selon Le Petit Livre du parler québécois de Claire Armange (éd. First,  2016), le vocabulaire de la Belle Province est riche de mots liés à son histoire. Le langage québécois, on s’en doute fort, doit la grande partie de ses origines à l’ancien français. Les Québécois défendent avec fierté la francophonie face à la prépondérance de la langue anglaise en Amérique du Nord.

Langue des premiers colons venus peupler la Nouvelle-France, il a subi, au fil des époques, des gouvernances et des influences des Premières Nations, un métissage avec les langues autochtones aussi bien qu’avec la langue des conquérants anglais.

Le français des Québécois, alors, se teinte de plusieurs anglicismes, de quelques termes autochtones et de beaucoup d’expressions issues d’une culture agréablement imagée et parfois complètement fantaisiste. On y retrouve, notamment :

des régionalismes français bavasser (bavarder, dire des médisances), astheure (maintenant), la broue (la mousse), prendre son respir (retenir son souffle), maganer (abîmer, maltraiter) ou encore souventes fois (souvent) ;

des emprunts faits à la langue amérindienne : un achigan (un poisson), un atoca (une canneberge), la babiche (une lanière de cuir) ;

des québécismes, des mots ou expressions propres au français du Québec : bûcher (abattre un arbre, couper du bois), il mouille (il pleut), la poudrerie (une fine neige tourbillonnante), une secousse (un certain temps), le solage d’une maison (les fondations) ou une tuque (un bonnet de laine).

Lexique

Achaler (v.) – ennuyer, importuner

Ce verbe provient probablement du verbe chaloir qui signifiait approximativement importuner de façon excessive dans un vieux dialecte normand.


Bardasser (v.) – action de chahuter, de bousculer quelqu’un ou quelque chose / action de faire du tapage

Verbe à l’origine incertaine. Emprunté soit du verbe poitevin «bordanser» (balancer, secouer), soit de l’onomatopée par laquelle on désigne le bruit que faisaient les soldats en emmenant leur «barda».


Bécosse (n.f.) – toilettes

Mot probablement né d’une déformation de la locution anglaise «back house», qui se traduit par «maison à l’arrière». Cette dénomination désignait autrefois les latrines extérieures.


Bourré, être (exp.) – avoir trop mangé

Expression francophone qui peut signifier également «soul» ou «riche».


Calice (inter.) – sacre manifestant la colère ou l’indignation

Le calice, du grec kulix, est un vase sacré de la liturgie chrétienne, présentant la forme d’une coupe évasée portée sur un pied élevé.


Char (n.m.) – voiture, bagnole

Ce mot, dérivé du latin carrus, a longtemps été perçu comme un anglicisme, à tort, au Québec, étant donné sa similarité avec le mot «car». Néanmoins, le Cambridge Dictionary le réfère comme un mot d’origines françaises et latines.


Catin (n.f.) – petite fille

Outre son sens français de prostituée, le terme «catin» au Québec, retrouve son sens de pureté. En effet, le mot «catin» vient du prénom Catherine, qui lui vient du mot grec katharos, qui signifie «la pureté». En France, on lui attribuait, autrefois, le sens de jeune fille de campagne, ce qui expliquerait le sens québécois.


Frencher (v.)  rouler une pelle

Ce verbe provient du verbe anglais «to french kiss» (embrasser).


Fou comme un balai, être (exp.) – personne qui a perdu la raison, dont le comportement semble insensé

Cette locution tire son origine du 19e siècle. La confection de ces outils ménagers se faisait à la main par des ouvrières, et le talent de ces dernières était un atout important. Lorsque le cordage n’était pas bien fait, la direction que prenait le balai était imprévisible. Le balai n’en faisait qu’à sa tête, tel un fou.


Gosse (n.f.) – synonyme familier de «testicule»

Ce mot est apparenté à «gousse», qui signifie une enveloppe des graines des légumineuses. Utilisé comme verbe, comme dans «tu me gosses», il s’apparente à «tu m’énerves».


Hambourgeois (n.m.) – hamburger

Mot québécois utilisé pour franciser le terme anglais «hamburger».

Itinérant.e (n.m.f.) – sans-abri

Les termes «itinérant» et «itinérante» font maintenant partie du vocabulaire de la sociologie au Québec. Dans le registre courant du français dit «de France» (en opposition au français québécois), l’on parle de «sans-abri», définissant ainsi ce groupe social en rapport à un bien matériel qu’il ne possèdent pas. Tandis que, de l’autre côté de l’Atlantique, cette catégorie de personnes est définie par son activité : le fait d’errer.


Joual (n.m.) – façon de parler dérivée du français de France

Le mot provient de «cheval», prononcé [jwal], comme en français du 17e siècle, utilisé en France jusque dans les années 1960. Aujourd’hui, il définit la façon de dénigrer le parler québécois («parler joual»).


Line-up (n.m.) – file d’attente, queue

Terminologie directement traduite de l’anglais. «Faire un line-up», c’est donc patienter dans la file d’attente.


Liqueur (n.f.) – boisson gazeuse

On ne s’étonnera donc pas qu’une mère propose à ses jeunes enfants d’aller «boire une liqueur», en attendant le concert de Robert Charlebois.


Se payer la traite (exp.) – se payer du bon temps

La traite était un moyen de définir une dette commerciale durant le Moyen-Âge. Il s’agissait d’un document qui fixait les modalités de remboursement (une sorte de crédit). Ainsi, l’expression trouve son origine dans ce premier sens : s’offrir quelque chose sans payer immédiatement, sous-entendu dépenser sans compter.


Pissou, être (exp.) – personne peureuse, lâche, qui recule devant le moindre obstacle

Cette expression, utilisée jadis en France, provient du latin pissiare qui veut dire «uriner». Pissou voudrait dire «enfant qui pisse au lit».


Robine (n.f.) – alcool fort et de mauvaise qualité

Mot calque de l’anglais «rubbing (alcohol)» (littéralement de l’alcool à friction).


Tabarnak / tabernacle (inter.) – juron exprimant le mécontentement, la colère

Déformation du mot français «tabernacle», qui, dans une église catholique, est une armoire contenant le ciboire et ses hosties. Dans la religion hébraïque, il s’agit d’une tente dressée, qui abritait l’arche d’alliance et les objets sacrés.


Tiguidou, c’est (exp.) – génial, super, trop bien

Ce terme est une pure création québécoise, à l’origine floue. La théorie la plus plausible est celle d’une variante de l’expression écossaise «tickety-boo», qui signifie «aller lentement, mais sûrement».


Tomber en amour (exp.) – tomber amoureux

Cette expression est la traduction littérale de la version anglophone «to fall in love».


Il n’y a pas de quoi se pitcher sur les murs (exp.) – se dit d’une chose qui n’a rien d’exceptionnel

«Ce concert des Twenty Øne Piløts était sympa, mais il n’y a pas de quoi se pitcher sur les murs».


Le 44e Paléo Festival se déroule du 23 au 28 juillet 2019, à Nyon. Infos, bourse au billets et programme complet sur www.paleo.ch. 

Continuer la lecture

Actu

Ceci pourrait être l’article d’une femme*

Publié

le

Le 14 juin 1991 a eu lieu la première "Grève des femmes*" – Image : Keystone

Aujourd’hui, partout en Suisse a lieu la «Grève des femmes*». Sensible à la cause, Slash Média se fait porte-voix du manifeste rédigé en décembre 2018 par les Collectifs romands pour la grève féministe et des femmes.

Un peu partout dans le monde, nous assistons à un renouveau des mouvements féministes : #metoo a contribué à diffuser et libérer la parole des femmes* et, grâce aux réseaux sociaux, a eu un écho planétaire.

En Suisse aussi, le sexisme, les inégalités et les violences à l’encontre des femmes* persistent, malgré un discours politiquement correct sur l’égalité et bien que l’égalité soit inscrite dans la Constitution fédérale depuis 1981.

«Les femmes bras croisés, le pays perd pied !»

Au pays de la prétendue paix du travail, les femmes ont déjà fait une grève qui a mobilisé 500’000 personnes ! C’était le 14 juin 1991, dix ans après l’entrée en vigueur de l’article constitutionnel sur l’égalité. Ce jour-là, les femmes ont croisé les bras : la grève a eu lieu non seulement sur les lieux de travail, mais aussi dans les foyers, où elles ont arrêté de faire le ménage, ont suspendu leurs balais aux fenêtres, n’ont pas cuisiné ni pris en charge les enfants.

La grève des femmes de 1991 avait surpris tout le monde. Un immense élan vers l’égalité avait secoué le pays : nous avons depuis lors obtenu des résultats concrets comme une Loi fédérale sur l’égalité entre femmes et hommes, un congé maternité, le splitting et le bonus éducatif dans l’AVS, la solution dite des délais en matière d’avortement, des mesures de lutte contre les violences domestiques.

Aujourd’hui, nous avons besoin d’un nouvel élan ! Le 22 septembre 2018, 20’000 femmes* et hommes solidaires ont manifesté à Berne pour l’égalité et contre les discriminations. Le début d’une mobilisation que nous voulons poursuivre jusqu’à la grève féministe et des femmes* le 14 juin 2019 !

L’égalité stagne : les femmes* se mobilisent !

Nous sommes toutes exposées au sexisme, aux discriminations, aux stéréotypes et aux violences, sur le lieu de travail, à la maison ou dans la rue. Mais nous savons que des oppressions spécifiques basées sur l’appartenance de race, de classe ou sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre se combinent, si bien que certaines d’entre nous peuvent subir des discriminations multiples. Faire vivre la solidarité entre les femmes* du monde entier, c’est un des objectifs de notre grève.

Fortes de nos diversités, nous refusons toute instrumentalisation de nos luttes, notamment à des fins racistes. Nous revendiquons le droit de vivre libres dans une société qui garantit des droits égaux pour toutes*.

Durant ces vingt dernières années, nous avons assisté à la montée des politiques néolibérales: les services publics ont été remis en cause, les prestations ont été réduites, des secteurs comme la santé ont été soumis à la logique marchande, les conditions de travail et de retraite ont été péjorées. L’économie capitaliste veut maximiser les profits au détriment de l’être humain et de l’équilibre écologique. Les femmes* sont les premières à en souffrir en tant que travailleuses précaires, migrantes ou encore mères, souvent seules responsables du foyer et des enfants.

Comme le disent les Islandaises: «Ne changeons pas les femmes, changeons la société !». Car l’égalité ne peut se réaliser dans un monde où seul compte l’argent, mais nécessite de construire une société où ce qui compte est le respect et le bien-être de chaque être humain.

Un mois avant la journée de la “Grève des femmes*”, des actions ont eu lieu dans toute la Suisse. Ici, à Genève – DR

Lire aussi :  Les femmes cellophanes  #2 : Nellie Bly, journaliste d’investigation

Le 14 juin 2019, nous nous mettrons en grève sur nos lieux de travail, dans nos foyers et nous occuperons l’espace public

Parce que nous en avons assez des inégalités salariales et des discriminations dans le monde du travail. Parce que nous voulons des rentes qui nous permettent de vivre dignement. Parce que nous voulons que le travail domestique, éducatif et de soins soit reconnu et partagé, de même que la charge mentale. Parce que nous nous épuisons à travailler, nous voulons réduire le temps de travail. Parce que le travail éducatif et de soins doit être une préoccupation collective. Parce que nous revendiquons la liberté de nos choix en matière de sexualité et d’identité de genre. Parce que notre corps nous appartient, nous exigeons d’être respectées et libres de nos choix. Parce que nous refusons la violence sexiste, homophobe et transphobe, nous restons debout ! Parce que nous voulons que la honte change de camp.

Lire aussi :  « Pionnière », tout sauf un truc de bonhomme

Parce que lorsque nous venons d’ailleurs, nous vivons de multiples discriminations. Parce que le droit d’asile est un droit fondamental, nous demandons le droit de rester, lorsque nos vies sont en danger. Parce que l’école est le reflet de la société patriarcale, elle renforce les divisions et les hiérarchies fondées sur le sexe. Parce que nous voulons des cours d’éducation sexuelle qui parlent de notre corps, du plaisir et de la diversité sexuelle. Parce que les espaces relationnels doivent devenir des lieux d’échange et de respect réciproque. Parce que nous vivons dans une société qui véhicule des représentations stéréotypées de «la femme».

Lire aussi :  Intelligente et coquette, c'est possible ?!

Parce que nous, actrices culturelles, sommes trop souvent peu considérées et reconnues. Parce que les institutions ont été conçues sur un modèle patriarcal et de classe dans lequel nous n’apparaissons qu’en incise. Parce que nous sommes solidaires avec les femmes du monde entier. Parce que nous voulons vivre dans une société solidaire sans racisme, sans sexisme, sans homophobie et sans transphobie.

Pour toutes ces raisons et d’autres encore, nous ferons grève le 14 juin 2019 !


La «Grève des femmes*» a lieu le 14 juin 2019 dans toute la Suisse www.frauenstreik2019.ch.

Femme* : toute personne qui n’est pas un homme cisgenre (soit un homme qui se reconnaît dans le genre qui lui a été assigné à la naissance).

Continuer la lecture