fbpx
Slash, sur les réseaux

Deux fois par an, une fois par semestre, la méprisable période des «exams» a de quoi faire trembler le Dalaï-lama qui est en chaque universitaire. Quitter les rangs pour les bancs, la rédaction de Slash vous propose 60 titres, choisis spécialement pour souffler en révisant. Inspirez. Expirez. Paniquez (?).

Tracklist

  1. Pink FloydAnother Brick In The Wall
  2. Katerine – La banane
  3. Alicia Keys – If I Ain’t Got You
  4. Her – Five Minutes
  5. Eddy de Pretto – Normal
  6. Jain – So Peaceful
  7. Protoje – Resist Not Evil
  8. Stupeflip – The Antidote
  9. George Benson – Give Me The Night
  10. Angèle, Roméo Elvis – Tout oublier
  11. Le Dé – Triple bicéphale
  12. Jason Derulo, Ivorrie, Forma, Charlie Roe – Colors
  13. James TW – Say Love
  14. Sébastien Tellier – La ritournelle
  15. Hollie Cook – Angel Fire
  16. Sean Paul, David Guetta, Becky G – Mad Love
  17. Denny White – Carried Away
  18. Chantel Jeffries, Offset, Vory – Wait
  19. King Princess – 1950
  20. Coldplay – Adventure Of A Lifetime
  21. Bob Marley & The Wailers – Exodus
  22. Vanessa Paradis, Benjamin Biolay – Pas besoin de permis
  23. Chris Isaak – Wicked Game
  24. The Blaze – Territory
  25. You Man – Birdcage
  26. French 79 – Between the Buttons
  27. Gene Lawrence – Feel Like Making Love
  28. Petit Biscuit – Palms
  29. Birdy Nam Nam – Abesses
  30. Metronomy – The Look
  31. Serge Gainsbourg – Le poinçonneur des Lilas
  32. Michael Jackson – Workin’ Day and Night
  33. Jack White – Corporation
  34. Eminem – The Real Slim Shady
  35. Men At Work – Down Under
  36. John Lennon – Working Class Hero (version 2010)
  37. Britney Spears – Work B**ch
  38. Doc Gyneco – Ça va aller
  39. Mick Jagger – Let’s Work
  40. Jean Dujardin et L’Orchestre Oriental – Bambino
  41. Tshegue – Survivor
  42. Lomepal – 70
  43. Téléphone – Argent trop cher
  44. Danitsa – Captain
  45. Electric Guest, Devil Di Dakta – Oh Devil
  46. Michel Sardou – En chantant
  47. Joséphine Baker – Sympathique (Je ne veux pas travailler)
  48. Henri Salvador – Le travail c’est la santé
  49. The Beatles – A Hard Day’s Night
  50. La Chanson du Dimanche – Comme un lundi
  51. Charles Aznavour – Je m’voyais déjà
  52. Booba, Trade Union, Rudy – Au bout des rêves
  53. Motivés – Motivés, le chant des partisans
  54. Mister V – Demain
  55. Zebda – Je crois que ça va pas être possible
  56. Gilbert Bécaud – Et maintenant
  57. Black M – Mme Pavoshko
  58. Serge Reggiani – Le prof
  59. Jacques Brel – Rosa

Playlist en tête d’article. 

Playlist

Woodstock en 15 lives emblématiques

Publié

le

Le 18 août 1969, Jimmy Hendrix est venu clôturer le festival. – © Michael Lang / Henry Diltz

Il y a 50 ans, du 15 au 18 août 1969, Woodstock transportait 450 000 personnes sur la colline de Bethel, dans l’état de New York. Retour sur l’événement majeur de la culture hippie des années 1960, au travers de quinze lives enregistrés sur le festival.

Que de belles choses vécues sur les terres du vieux Max Yasgur, à la mi-août de l’an 1969. Malgré la boue, les overdoses, deux naissances, quatre fausses couches et de nombreux problèmes techniques et logistiques, l’Histoire retiendra un événement de la contre-culture sans pareil, fait «de flower power, de paix et de combats». «Trois jours sans voir un gratte-ciel ou un feu rouge», promet le festival. En masse, le fruit du baby boom se retrouve pour quatre jours et quatre nuits de débauches collectives.

Au milieu des promesses utopistes des organisateurs de l’événement culturel et contestataire, les concerts joués sur la colline de Bethel, devant 450 000 âmes estimées, procurent, encore aujourd’hui, cinquante ans plus tard, des sentiments de haute volée. Parmi les trente-deux artistes programmés : Joe Cocker, Jimi Hendrix, les Who, Ravi Shankar ou Santana.

Véritable accélérateur de carrière pour ces désormais pontes de l’industrie du disque, Woodstock a notamment offert des prestations improbables faisant, par exemple, se produire Richie Havens en remplacement du groupe Sweetwater, bloqué dans la circulation. Il donnera sept rappels et, après deux heures de concert, alors à court de chansons, le New-Yorkais improvise sur l’air gospel Motherless Child et Freedom deviendra l’un des hymnes du festival.

Quelques heures plus tard, alors enceinte de son fils, Gabriel Harris, Joan Baez, tout comme Ravi Shankar, Creedence Clearwater Revival et Joe Cocker, joue douze titres sous une pluie battante. Le lendemain, les rockeurs de Grateful Dead sont pénalisés par des problèmes techniques. Ils diront par la suite qu’il s’agit du «pire concert qu’ils n’aient jamais donné».

Lire aussi :  Joan Baez, les adieux montreusiens

Sur quatre jours de festival, quelque 295 morceaux, dont l’emblématique réinterprétation de l’hymne national américain d’Hendrix ou le Ball and Chain fumant d’une prêtresse de la «soul psychédélique» nommée Janis Joplin, ont été joués devant le demi-million de spectateurs présent. Monument de l’anticapitalisme pacifiste, tant musical que sociétal, Woodstock n’en a pas fini de nous faire frémir.


Tracklist

  1. Richie Havens Freedom
  2. Sweetwater – My Crystal Spider
  3. Sly and the Family Stone – (I Want To Take You) Higher
  4. Joan Baez – One Day at a Time
  5. Bert Sommer – Jennifer
  6. Tim Hardin – If I Were A Carpenter
  7. Santana – Soul Sacrifice
  8. Ravi Shankar – Evening Raga
  9. Arlo Guthrie – Coming Into Los Angeles
  10. The Who – My Generation
  11. Quill – Waitin’ For You
  12. Janis Joplin – Ball and Chain
  13. Canned Heat – A Change is Gonna Come
  14. Joe Cocker – Let’s Go Get Stoned
  15. Jimi Hendrix – The Star Spangled

Playlist en tête d’article.

Sélection musicale de Malick Touré-Reinhard.

Continuer la lecture

Playlist

Avril 2019 : la playlist de la rédaction de Slash

Publié

le

P!nk, John Dear, Santana, The Cranberries, J.J. Cale et une armada d’autres noms dans cette playlist d’avril.

Drôle d’avril. Sous le ciel de Paris, Notre-Dame est venue s’embraser, comme une boutade au thermomètre, qui n’a cessé, lui, pendant trente jours, de dégringoler. Mais bon, de circonstance pour la huitième et ultime saison de «Game of Thrones». Au milieu de moult péripéties, des décès de Dick Rivers, Jean-Pierre Marielle et Anémone, à l’arrivée de la 5G en Suisse (aucune corrélation entre ces événements), la musique, inépuisable, s’est chargée d’accompagner le quatrième mois de 2019.

Lire aussi :  "Game of Thrones", retrouvailles et fomentations pour l'ultime saison

Flow désinhibé et métal rose

Avec un troisième opus assuré, Lizzo, cette native de Houston, offre un projet composé de soul, de flow et de désinhibition. À mille lieux de là, les Berlinois de Rammstein pondent «RADIO», un single cadencé et corrosif. Et juste au centre, P!nk, quasi quarantenaire, ne cesse d’innover avec Hurts 2B Human, un huitième album alliant collaborations improbables et tubes à part.

Confédération rock

Imbibée rock indé’, la musique suisse d’avril se découvre de plus d’un fil. Les cowboys-armaillis de John Dear sont venus faire trembler les plaines, armés de Drugstore Cowboys, un deuxième album qui détone. Plus francophones, mais pas moins survoltées, les notes «ni folk ni rock» de Maxence Léonard viennent agrémenter les bacs de CIRQUE, un dix titres poétique et singulier. La frénésie des Fribourgeois de The Catlins ou encore l’élégance électro-jazz d’Adriano Koch font tout autant rayonner la région.

Icônes de l’industrie

Grand mois aussi pour les icônes de l’industrie. Santana et compagnie grattent, de leurs influences latines et franciscanaises, «Los Invisibles», mélodie phare d’Africa Speaks, vingt-troisième album studio du groupe. Et puis Sting – parlons-en –, qui, en attendant sa prestation au Montreux Jazz Festival, publie quatre des quinze chansons de My Songs, un album nostalgie, où le Britannique réinterprète des titres de son répertoire et celui de The Police. La reine de la pop, Madonna, annonce son quatorzième album intitulé Madame X, dont le single «Medellin», chanté avec la complicité de Maluma, est sorti ce mois. Enfin, un an après la mort accidentelle de sa chanteuse Dolores OʹRiordan, les membres restants de The Cranberries sortent un dernier album intitulé «In The End».

Lire aussi :  Au Montreux Jazz, afro fusion et pointures scéniques

Dans le reste de notre playlist se croisent notamment The Black Keys, Aloïs Sauvage, Emeli Sandé, Jean-Louis Murat ou encore PNL. Avril, ô mois fertile.

Tracklist

1. Agoria, Noémie – Remedy
2. P!nk Hustle
3. Lizzo Juice
4. Alex Hepburn, James Arthur – Burn Me Alive
5. Rhys Lewis – End Like This
6. Bear’s Den – Fuel on the Fire
7. Maxence Léonard – À tombeau ouvert
8. MARINA Superstar
9. The Cranberries – All Over Now
10. Madonna & Maluma – Medellin
11. Aloïs Sauvage – Présentement
12. Bazzi – Paradise
13. The Black Keys – Eagle Birds
14. John Dear – Drugstore Cowboy
15. Rammstein – RADIO
16. ScHoolboy Q & Travis Scott – CHopstix
17. Jean-Louis Murat – Cœur d’hiver
18. Billie Marten – Cartoon People
19. blackbear – HATE MY GUTS
20. Aldous Harding – Fixture Picture
21. Emeli Sandé – Sparrow
22. Santana, Buika – Los Invisibles
23. Adriano Koch – Drowned in Being
24. Sting – Demolition Man (My Songs Version)
25. Maëlle – Toutes les machines ont un cœur
26. The Catlins – The Light of Your Face
27. Cage The Elephant – Social Cues
28. J.J. Cale – Lights Down Low
29. PNL – Deux frères
30. Blank & Jones – What You Won’t Do for Lov


Playlist en tête d’article.

Continuer la lecture