fbpx
Slash, sur les réseaux

Mode

Souvenir 2016 : Défilé Victoria Secret, mise en valeur des femmes ou publicité pour un idéal féminin inatteignable ?

Capture : Twitter

Publié

le

Il s’agit d’un événement marquant la fin de l’année, que toutes les fashionistas attendent avec impatience et qui, année après année, fait couler toujours plus d’encre. Oui, le défilé Victoria Secret, qui fait fantasmer et tomber les mâchoires.

La marque de lingerie la plus importante du monde est fondée par Roy Raymond en 1977, à San Francisco. Désespéré de ne pas trouver de dessous féminins et sexy, à des prix abordables, à offrir à sa femme, il lance son entreprise : Victoria Secret – qui doit son nom à l’époque victorienne dont il s’est inspiré pour créer l’esprit des célèbres sous-vêtements. L’initiateur de la lingerie revend sa société à Les Wexner en 1982, avant de mettre fin à ses jours en 1993. Le nouveau propriétaire aura un coup de génie en observant ce que la mode féminine européenne propose à l’époque, avant de l’adapter au marché américain. Et ça marche : en 1995, la marque vaut 1.9 milliard de dollars.

Le premier des défilés, devenus emblématiques, a lieu, la même année, à New York. Le dernier s’est tenu à Paris, au Grand Palais, le 30 novembre 2016. Il a été suivi sur CBS, par environ 7 millions de téléspectateurs. Parmi les célèbres « Anges » – mannequins de la marque, appelés comme cela en référaux aux ailes qu’elles portent lors du défilé –, on trouve : Bella Hadid, sa sœur Gigi Hadid, Kendal Jenner, Alessandra Ambrioso, Adriana Lima, Elsa Hosk, Maria Borges, Constance Jablonski ou encore Jasmine Tonks, pour ne citer qu’elles sur les 34 mannequins. Comme chaque année, des stars planétaires ont rythmé leurs pas : Lady Gaga, Bruno Mars et The Weeknd. Le « Fantasy bra », soutien-gorge le plus cher du défilé, a quant à lui été porté par Jasmine Tonks. Il vaut 3 millions de dollars, et est composé de 9’000 diamants et émeraudes, nécessitant plus de 700 heures de travail. 

Cependant, tout n’est pas rose dans le monde de la mode. Victoria Secret a en effet été la cible de plusieurs attaques ces dernières années, principalement d’associations féministes, qui lui reprochent la normalisation des physiques avantageux en « sursexualisant » les femmes. Pour essayer de contrer cela, il y a eu des actions comme la campagne de pub de Curvy Kate, mettant en avant des femmes rondes ou le hashtag #IamNoAngel, de la marque Lane Bryant, dont le but est de pousser les femmes à s’accepter telles qu’elles sont. En 2013, un ex-modèle de la marque, Kylie Bisutti, a sorti un livre intitulé : « I’m no angel : From Victoria’s Secret model to role model », qui dénonce certaines pratiques du milieu, comme la drague, les régimes ou la boulimie.

Alors, Victoria Secret est-elle vraiment en tort ? La marque de lingerie est-elle le reflet de l’idéalisation de la femme ? Certes, la marque et le défilé ne sont pas un appel à l’acceptation de tous les types de beauté ni la représentation des différentes morphologies féminines. Mais ce n’est pas le but. En tant que campagne de publicité live, le défilé met en avant un certain type de beauté, qui est associé à la marque, et qui véhicule l’image que celle-ci souhaite. Une « simple » action marketing.

Les Anges sont en effet maigres et tout autant musclées et galbées. Mais, il ne faut pas oublier que leur métier est de vendre une image, par leur corps, qui devient par conséquent leur outil de travail. Elles se doivent d’en prendre soin, en ayant une plastique parfaite, de faire du sport et d’avoir une hygiène de vie irréprochable. Mais à nouveau, c’est un phénomène de société : le programme « Train like an angel [entraîne-toi comme un ange, ndlr.] », qui permet d’effectuer le même entraînement sportif que les stars de la marque, fait fureur sur les réseaux sociaux.

Mettre en avant des femmes en pleine santé, au physique de rêve et poussées à faire du sport, où est donc le problème ? Il est au moment où cela sous-entend que cette catégorie de femme et cette image sont essentielles et les seules pour être belle et désirable. Il faut être une déesse, un canon de beauté. Scoop ? C’est faux. Chaque femme est belle à sa manière, selon ses propres critères. Dans un monde dicté par l’image et la quête de la perfection, il faut parfois aussi savoir se recentrer sur sa propre beauté, qui est unique.

En bref, le défilé Victoria Secret a pour but de nous faire rêver. Entre les tenues, toutes plus sublimes les unes que les autres, les chanteurs et invités prestigieux, les Anges, vrais « canons » et le décor de rêve, on goûte, le temps d’une petite heure, à l’univers glamour et plein de paillettes de la mode, qui réveille la princesse qui sommeille au fond de nous.

Arts

Le tatouage suisse a son “Mojo Jojo”, il s’appelle Jonas Béguin

Publié

le

Depuis quelques années, le tatouage est devenu à la mode. Fini le temps où les gens qui exhibaient leurs oeuvres étaient mal vus par une majorité. Le tatouage est partout.

Les profils et les hashtags dédiés à cet art sur les réseaux sociaux se comptent par millions. À croire que ne revêtir aucun dessin sur son corps serait désormais synonyme de «marginalisation». Même si son exposition est aujourd’hui grande, les tattoos ne sont toutefois pas encore acceptés au sein de tous les corps de métiers.

Les salons de tatouage sont nombreux et il est loin d’être facile de tirer son «aiguille» du jeu. Depuis moins d’un an, Jonas Béguin alias Mojo Jojo, jeune tatoueur de 24 ans, s’est lancé sur ce marché. Interview.

Slash : Peux-tu te présenter ?
Jonas :
Je m’appelle Jonas Béguin, jeune tatoueur plus connu sous le nom de Mojo Jojo. Cela fait moins d’un an que je pratique. Avant, j’étais étudiant à l’École cantonale d’art de Lausanne. En plus du tatouage, j’ai commencé à créer des vêtements.

Dès ton plus jeune âge, le dessin t’attirait-il ?
Ouais, ouais… Complètement ! Depuis petit, j’ai toujours adoré dessiner, j’ai été très tôt dans la création… Un temps, je faisais de la peinture, c’était un peu n’importe quoi, mais j’avais ce besoin de m’exprimer avec mes mains et des couleurs. Le manga avait une grande place aussi, j’en lisais et je passais des nuits à reproduire sur papier les personnages qui habitaient mes BDs japonaises.

Pourquoi avoir arrêté l’École cantonale ?
Alors… (rires) Pour plusieurs raisons… Je vais essayer d’être diplomate. L’École cantonale d’art de Lausanne est une structure qui est très bien organisée, qui est bien faite, qui offre un enseignement de grande qualité. Cela implique qu’il y a une sorte d’attente, de conformisme… Cette école essaie de formater «un peu» leurs élèves à produire un certain type d’oeuvre, dans un style particulier. Il y a ce que l’on appelle le genre ou plutôt le «tampon ECAL». C’est-à-dire que tu reconnais rapidement un élève qui est sorti de cette école, au travail qu’il fournira dans sa vie professionnelle. Ça me dérangeait de ne pas pouvoir proposer ce que je voulais. Lorsque je le faisais: on me «bâchait» derrière, avec de mauvaises notes et je me retrouvais en remédiations.

L’ECAL m’a apporté du positif aussi. J’ai appris beaucoup, ça m’a rendu très pointilleux, j’ai affûté mon coup d’oeil. En même temps que ma déception grandissante pour l’ECAL, un amour grandissant pour le tatouage s’est créé. J’ai senti que le moment était venu de me lancer dans cet art.

© Mary P

Quelle est ta définition du tatouage ?
C’est difficile de donner une définition. C’est quelque chose qui transcende le tatoueur ainsi que la personne qui se fait tatouer, je pense. C’est bien plus que dessiner sur la peau, c’est quelque chose que tu gardes sur toi, tout au long de ta vie. Tu réfléchis beaucoup avant de le faire, pour la plupart. (rires) Le tatouage est aussi une transmission de savoir de maître à élève, que tu ne trouves pas dans d’autres disciplines. Il n’y a pas d’académie ou d’école de tatouage.

Quel a été ton premier contact avec le tatouage ?
J’ai découvert le tatouage avec les clips de rap, comme ceux de 50 Cent, que je regardais enfant. Plus tard, je me suis fait tatouer, non pas dans l’optique de ressembler à un rappeur, mais comme moyen d’expression. Mes premiers tatouages ont été réalisés par Dominique Lang, qui a le salon Tom Tattoo à Lausanne. Ce que j’ai aimé est que Dominique était d’accord que je lui apporte mes dessins afin de me les tatouer identiquement.

Pourquoi «Mojo Jojo» ?
Les raisons sont multiples. Premièrement, mon prénom est Jonas et quand j’étais plus petit on m’appelait «Jojo». Le «mojo» c’est un peu le swag, le style, un certain pouvoir d’attraction développé. Mojo Jojo est surtout un personnage que j’adorais enfant et qui est un des méchants de la série animée Les Super Nanas. Dans les séries, je préfère les méchants. Je ne sais pas pourquoi, je les trouve plus intéressants. (rires) Les vilains ont plus d’attitudes que les héros dans les films. Je kiffais trop Mojo Jojo et ses plans machiavéliques afin de détruire Townsville. Je me suis inspiré de cela pour mes vêtements. Rien que ce soit un singe, le personnage me parle, car mon animal préféré est le singe. Un primate super intelligent avec un cerveau surdimensionné qui veut détruire une ville, c’est original, non ? (rires)

As-tu des références dans le tatouage ?
Oui, j’en ai plein. Je vais en citer deux et ils sont Lausannois. Premièrement, Antoine Elvy, qui est le tatoueur qui a composé la majorité de mes tatoos. J’adore cette personne et son travail !  Ce qui me plaît dans ce qu’il fait, ce sont les serpents, les oiseaux et les fleurs, par exemple. Je m’inspire pas mal de ses sujets, mais je les traite différemment.

Deuxièmement, Maxime Büchi, parce qu’il a apporté quelque chose d’important au tatouage. Il a monté un «petit» empire et j’admire vraiment cela. Il a ouvert des salons à Londres, Zurich, Los Angeles. Il recrute de nombreux tatoueurs, ça crée des emplois, c’est parfait ! J’ai eu l’occasion de l’écouter, lors d’une conférence l’été passé, il s’exprime vraiment bien et ce qu’il dit est intéressant.

© Mojo Jojo

Où pratiques-tu le tatouage ?
En ce moment, je tatoue chez moi… J’avais une pièce, qui était utilisée comme «fourre-tout», que j’ai transformée en studio professionnel pour mon art. Cet endroit est spacieux, j’ai désinfecté et tout mis aux normes d’hygiène. À l’avenir, je souhaite travailler avec d’autres tatoueurs, dans un vrai shop.

Avec le nombre de salons existants, n’est-il pas risqué de te lancer là-dedans ?
À l’heure actuelle, tout est risqué à mes yeux. Il y a beaucoup d’offres et une plus faible demande dans de nombreux domaines et surtout dans l’artistique. Tout dépend de ton état d’esprit et de ta volonté. Je suis arrivé avec cette envie de faire du tatouage mon job. Du coup, ce n’est pas les mêmes enjeux que pour la personne qui fait ça pour «s’amuser».

Comment définirais-tu tes oeuvres ? As-tu vraiment un style qui t’est propre ?
Mon style est en constante évolution. C’est un style avec des lignes, ce que j’apporte de nouveau à ce style est des lignes de pinceau. C’est-à-dire des lignes avec des épaisseurs différentes, faire ressentir un mouvement dans le trait comme quand tu vois un pinceau de la calligraphie chinoise. J’ai été inspiré des estompes japonaises ou même le tatouage japonais. Mon genre évolue. Quand tu commences à plus tatouer, t’as envie d’essayer d’autres choses comme les dégradés de gris. Je ne vais pas te mentir, je recherche encore ce style qui me définira et que les gens reconnaîtront directement.

© Mojo Jojo

Tu es aussi dans le textile, peux-tu nous en parler ?
L’histoire est que j’arrivais gentiment au cap des 500 abonnés sur Instagram. Pour les dépasser, j’ai créé un concours qui stipulait : «À 500 abonnés, vous aurez une surprise». Les gens ont partagé, les abonnés ont augmenté rapidement et j’ai franchi le cap. J’ai sorti une petite série de t-shirts et de crewnecks [des pulls à col rond, ndlr.] pour l’occasion. Je voulais également savoir si mes habits intéresseraient mes abonnés. Seize articles ont été créés, j’en ai gardé deux, les quatorze autres sont partis. À la base, cela avait un objectif promotionnel, mais c’est devenu un second amour que je développe comme le tattoo. J’ai travaillé avec le sérigraphe Thomas de Colormakerz, le contact a été très bon. De nouveau, l’entraide entre artistes est importante.

© Mary P

Peut-on dire que tu arrives à vivre de ton art ?
Franchement, pas encore. Il y a des mois,  je fais 500 francs et d’autres plus. Mais pour le moment, cet argent est utilisé comme argent de poche. Je le redis, j’ai la chance d’habiter chez ma maman, je ne paie pas de loyer, car elle ne le veut pas. Je suis nourri, logé.

Quels sont tes projets pour cette nouvelle année ?
Être pleinement indépendant, fin 2019. Ce serait un magnifique cadeau ! J’aimerais continuer à progresser dans le tatouage, offrir de nouvelles oeuvres, mieux que celles d’hier. Je veux continuer à satisfaire ma clientèle, tout comme l’agrandir. (rires) Faire des rencontres, et pourquoi pas des collaborations. Pour ce qui est des habits, j’aimerai collaborer avec des mecs de la région qui bossent bien. Je suis sur une bonne lancée et je compte bien y rester !

Quel proverbe définit bien Mojo Jojo ?
Avec tout ce que j’ai vécu les trois-quatre dernières années, je dirais : «Tout vient à point à celui qui sait attendre».

Continuer la lecture

Lifestyle

Patrick Ferreira, le couteau suisse de la Sneaker

Publié

le

Patrick Ferreira est l'un des organisateurs de l'événement fribourgeois – © danaktiv

Samedi, à Fribourg, la salle de concert Fri-son accueillait son premier événement dédié à la Sneaker (chaussure de sport à un usage citadin ; l’intérêt réside dans le plaisir de se balader avec des baskets inédites ou rares).

Une journée intitulée « Sneakers & Beats » (en français, « baskets et sons »). Cette manifestation, gratuite, s’est déroulée en journée. Le concept : réunir des professionnels et des passionnés souhaitant vendre, acheter ou échanger des baskets, des vêtements « hype » et d’autres accessoires exclusifs. La musique, elle, fut assurée par différents DJs de la scène fribourgeoise et une dizaine de stands de Sneakers misent à l’honneur. Mais ce n’est pas tout. En effet, des coiffeurs, un barbershop, un tatoueur, un stand pour les boissons, un autre pour les burgers et un détaillant d’une marque de CBD (cannabis légal) ont aussi trouvé leur place. Les commerçants comme les particuliers vinrent des quatre coins de la Suisse.

Au terme de cette journée, les rires se lisent sur les visages. Sur les réseaux sociaux, les stories se réalisent face aux Sneakers les plus folles et les plus rares. Des photographes prennent  des clichés de femmes et d’hommes ayant une allure et un style qui illuminent davantage leurs chaussures.

@ danaktiv

La seconde partie de « Sneakers & Beats » s’est déroulée en soirée, avec une entrée payante pour trois concerts ainsi qu’une after party DJ (20h – 3h). Les rappeurs français Rémy & Josman, accompagnés du collectif bullois SexoapCrew, étaient à l’affiche, côté live. Quant à l’after, les DJs Santo & Young Trap s’en sont chargés. Une fois encore, le public ne s’est pas dégonflé. Durant les concerts, tout comme après, des mosh pit ont pris place, des voix se sont fait entendre sur les morceaux. L’ambiance qui y régnait a su faire oublier la pluie, le vent et le froid de l’extérieur. Une réussite.

Mettre sur pied un événement comme celui demande une certaine expérience, de l’organisation et d’autres compétences. Un homme l’a fait et il s’appelle Patrick Ferreira. C’est un Sneakerhead (personne ayant une collection de Sneakers non négligeable). Rencontre.

Slash : Qui est Patrick Ferreira ?
Patrick Ferreira :
J’ai trente ans, je suis un portugais qui est né en Suisse. Donc, je pense assez intégré. Je suis serveur, responsable d’un restaurant. Ce n’est pas ma profession de base, mais je kiffe ça, donc je fais ça (organiser un événement en lien avec la Sneaker, ndlr.). Grâce à ce métier, j’ai pu me permettre d’organiser des événements. Du coup, je suis un gars qui est pas mal dans l’événementiel. Je suis un petit peu partout sans être nulle part.

Quelle est la première paire de Sneakers que tu as eues ?
La première paire qui m’a fait kiffer est de la marque Nike, c’est le modèle Air Max 1.

Saurais-tu brièvement nous expliquer l’histoire de la basket ?
Tout part de la street. Le mouvement de base est parti des États-Unis. De la culture urbaine, de l’arrivée du hip-hop.

Quelles sont les raisons, les causes qui expliquent que la Sneaker a pris une place importante dans notre société ?
J’en vois principalement deux. Premièrement, on consomme plus, on a envie d’avoir plein de baskets. Même quelqu’un qui ne collectionne pas les chaussures n’a pas envie de chausser tous les jours la même paire. T’as envie d’en avoir trois ou quatre pour la semaine. Deuxièmement, c’est la gent féminine. Avant, elle en consommait très peu voire pas et maintenant, elle en porte autant que la gent masculine.

Comment devient-on un Sneakerhead ? Y’a-t-il un moyen de sevrage ?
Je pense que cela commence au moment où tu as ce besoin de posséder des paires exclusives que les autres n’auront pas. Dès que tu peux en acquérir, tu en voudras toujours plus. C’est à ce moment que tu deviens un Sneakers addict. Je ne sais pas si il existe un moyen de sevrage… Je n’ai jamais essayé et je n’ai pas encore eu l’envie de me sevrer. Cependant, si j’étais en couple, je changerais d’avis… Je connais des gars qui étaient « dingues » comme moi et ont arrêté. Ils essaient de revendre toute leur collection, parce qu’ils souhaitent emménager, acheter une maison, un appartement ou ils vont devenir papas. Ils ont des nouvelles obligations. Je pense que le seul moyen de sevrage est d’être conscient de ses priorités.

Quel est le montant le plus élevé que tu as déboursé pour une paire ?
La somme la plus importante que j’aie sortie équivaut à 1 200 euros (environ 1 350 francs, ndlr.) pour une paire d’Air Max 1 Patta Purple.

© Sweetsoles

Tu es le fondateur de Snkrhds Fribourg (diminutif de « SneakerHeads »). Qu’est-ce ? Quel est le but ?
Ça a été fondé il y a cinq-six ans. Je ne saurais te dire la date exacte. À la base, c’est un groupe de passionnés qui s’échangent des contacts, qui parlent de shoes, des endroits où l’on peut acheter certains produits, la date de sortie d’une paire de baskets, etc. Avec le temps, on s’est agrandis, on a eu l’envie de faire bouger cette culture dans notre ville et nous avons commencé à organiser des événements. Résultat, on s’est faits un petit nom dans le pays.

Pourquoi avoir décidé de te lancer dans les « Sneakers events » ? Ça fait combien de temps ? Qu’est-ce que ça t’apporte ?
Ça m’apporte énormément de plaisir. Je kiffe les baskets et j’avais envie qu’il y ait des manifestations dédiées à ces produits, à Fribourg. Je voyais de nombreux Fribourgeois se déplacer ailleurs pour ce type de manifestations. Je me suis dit : « Si ça fonctionne à Lausanne, Zurich, qui sont des villes plus grandes que Fribourg, c’est clair que ça marchera dans ma petite ville ». C’est pourquoi nous avons commencé par de petits events au Cyclo Café qui ont cartonnés. C’était blindé toute la journée, les gens étaient heureux. Du coup, on en fait deux par année. C’est notre troisième année d’activité et notre sixième event.

@ danaktiv

Quel est ton meilleur souvenir lié à l’un de tes events ?
Ce n’est pas un souvenir, mais une chose qui me fait du bien. Ça m’est arrivé encore aujourd’hui. C’est lorsque je demande aux gens si ça leur a plu et qu’ils me répondent : « À l’année prochaine, mon pote ! » Voilà, ce genre de réponse me fait plaisir et me donne envie de continuer.

Combien de temps faut-il pour organiser un événement comme Sneakers & Beats ?
Il a fallu approximativement trois mois que l’on travaille dessus. On a bossé comme des malades sur la promo. Pour ma part, j’ai bossé une à deux semaines à 100 %. Cela représente cinquante heures par semaine, à côté de mon job principal. Dan, le responsable communication, a fait environ trente heures par semaine à côté de son job aussi. Heureusement que nous avons des gens fiables, qui étaient là pour nous aider. Rien que répondre à des mails, cela peut me prendre des heures, car il y a des questions pertinentes auxquelles tu ne peux pas répondre à la légère.

Comment s’effectue la sélection des gens qui exposent leurs articles ?
On a déjà une sélection de connaissances, de potes ou de gens qui venaient déjà aux précédents events. Après c’est « premier arrivé, premier servi », mais on fait tout de même attention à ce qu’on nous propose. On ne veut pas qu’il y ait quatre personnes vendant tous la même chose. On va faire en sorte que les vendeurs offrent différentes tailles, divers styles de Sneakers, des habits « hype » et du vintage. On essaie d’avoir de tout. Pour chacune de nos manifestations, on a toujours eu le nombre de stands que l’on voulait. J’avoue qu’aujourd’hui, j’ai dû refuser deux-trois personnes pour une question de place, car c’était la première fois qu’on intégrait les locaux de Fri-son et je ne voulais pas que mes hôtes manquent de place. Je me suis rendu compte durant la journée que l’on aurait pu les accueillir. Dorénavant, nous connaissons la salle et savons combien de stands nous pouvons mettre à disposition.

Une seconde édition aura-t-elle lieu pour 2019 ?
Surprise ! (rires) Affaire à suivre sur nos réseaux sociaux.

Qu’est-ce qu’il y’aurait à améliorer, si vous remettez le couvert ?
Débuter la soirée un peu plus tard, afin que les soundchecks des artistes se fassent une fois que les vendeurs ont plié bagage, sans être stressés. Après, il y a des éléments concernant le back-office qui permettront d’être encore plus relax’. Je ne te cache pas qu’hier soir, chez moi, j’étais assez tendu et c’était la première fois que cela m’arrivait. J’avais l’impression d’avoir oublié un million de choses.

Quel est ton morceau préféré en référence à la Sneaker ?
Le morceau est d’un artiste américain. Il est malheureusement décédé depuis peu… C’est Mac Miller avec Nike’s on my feet. C’est un son que j’ai beaucoup écouté, je l’écoute encore, je le kiffe tellement ! Je ferais pareil que lui, si je pouvais aller à New York : j’achèterais quinze paires avant de rentrer à la maison.

Patrick Ferreira est sur Facebook et Instagram 

Continuer la lecture