fbpx
Slash, sur les réseaux

Critiques

“La fête est finie”, c’est le nouvel album d’Orelsan

Orelsan sur la pochette de son nouvel album

Publié

le

Il fut un temps où Orelsan foutait les boules aux féministes. « Pour le pire », « Sale pute », « Saint-Valentin », ce ne sont pas moins de 8 titres qui l’ont traîné devant les tribunaux. Relaxé en 2016, le rappeur de 35 ans est de retour avec « La fête est finie », un nouvel album bien plus soft, alliant introspection, galanterie et désirs de paternité.

Premier morceau, premières notes, premiers sons : le chant toujours un peu monocorde et nasal d’Orelsan fait marrer. Dans ce cinquième album, Orelsan se livre sur sa Normandie natale avec par exemple « La pluie » et « Dans ma ville on traîne ». Aurélien Cotentin (de son vrai nom) nous offre aussi un portrait caricatural de sa famille, avec le titre « Défaite de famille » : « Polo, si tu veux m’impressionner c’est pas en roulant des joints compliqués, en utilisant beaucoup trop “wesh” pour un blondinet. Vu qu’ton père a un problème avec les Arabes, c’est une très belle ironie. Au passage il a moins de chances de mourir du terrorisme que de l’alcoolisme. » Jimmy Punchline est bel et bien de retour, non sans son ironie.

Avec ce 14 titres, Orelsan nous montre donc une facette très personnelle, mais nous dévoile aussi une autre, plus profonde et sincère, avec « San », qui parle du début de sa carrière et « Notes pour trop tard », où il raconte la jeunesse d’aujourd’hui. Un côté un peu plus lover lui est même donné, grâce au texte de « Paradis ».

C’est ensuite le titre « Basique » qui résonne, nous rappelant ainsi qu’Orel’ est tout sauf perdu. « Ok, j’ai demandé à Skread de faire un instru’ simple. Parce que j’vais dire des trucs simples. Parce que vous êtes trop cons. », commence le titre phare dévoilé le 20 septembre dernier, avec un clip entièrement tourné en plan-séquence. 

Mais, outre ces morceaux en solo et un Gringe absent, Orelsan régale avec des featurings explosifs : le réalisateur de « Comment c’est loin ? » invite Nekfeu sur le titre sombre « Zone », alimenté d’un instru’ urbain, qui ajoute un véritable relief à cette collaboration entre les 2 rappeurs souvent confondus. Stromae est aussi de la partie sur la chanson « La pluie » accompagnée d’une touche jazzy qu’on a peu l’habitude d’entendre dans le répertoire d’Orelsan. Enfin, un feat étonnant avec Maître Gims intitulé « Christophe » vient se greffer. Dans un but évident de se moquer de Christophe Maé, Gims vient lâcher la punchline suivante : « J’suis l’pont entre Young Thug et Georges Moustaki ». Avant de simplifier la métaphore avec : « les blancs font de la musique de noirs » et « les noirs font de la musique de blancs ». Propos à vérifier. 

Orelsan, on l’écoute, puis on arrête (parce que ça tend) avant de le remettre (parce qu’on l’a bien en tête), et ça énerve, ça fait sourire, ça fait danser, ça fait bader… En bref, on ne comprend pas bien ce que ça fait, mais ça le fait. Basique. Simple. 

« La fête est finie » est à retrouver sur toutes les plateformes de téléchargement et streaming légaux.