fbpx
Slash, sur les réseaux

Cinéma

« Silvio et les Autres », portait d’un homme vieillissant qui se perd dans ses propres fantasmes

Publié

le

Après six mois d’attente, « Silvio et les Autres » – « Loro » en italien » – a récemment débarqué sur nos écrans et en une seule partie, contrairement à la diffusion italienne du film qui s’est faite en deux parties. Enfin. Ce biopic sulfureux sur Silvio Berlusconi est signé Paolo Sorrentino, réalisateur napolitain, et nous ramène en 2006, lorsque le « Cavaliere » s’exile dans son palais sarde. Retour sur cette époque qui se prête si bien au doux satyre de Sorrentino.  

Une histoire entre onirisme et réalité 

Retour en 2006, Berlusconi, à défaut d’avoir pu briguer un énième mandat, décide de s’exiler dans son palais sarde. On est confronté à un Berlusconi (incarné par Toni Servillo) qui se cherche et, de ce fait, une Italie qui se retrouve dans la même situation. Sorrentino le dit lui-même : « C’est un film sur je ne sais pas trop quoi. Sur Berlusconi, sur quelques Italiens, sur la vitalité et sur la peur de la mort ». Hormis Berlusconi donc, rien de nouveau au vu de la filmographie du réalisateur.  

Il n’est donc pas question ici d’un biopic de type « page Wikipédia », où la vérité est respectée à la lettre et où chaque fait est exact. D’ailleurs, il n’est pas aisé de démêler le vrai du fantasmagorique. Libre au spectateur de créer sa propre interprétation de l’œuvre. L’imaginaire a une importance si capitale, que cela devient presque inutile d’en faire une analyse détaillée.

Deux ambiances contrastées

Le film commence par nous narrer l’histoire d’un proxénète venu du fin fond des Pouilles et qui cherche, de par ces activités, à le rencontrer. Car le sexe n’est pas une composante du pouvoir, c’est le pouvoir. Et cela, le film ne le cache pas. Le rencontrer qui ? Et bien « lui ». Pendant toute la première partie du film Berlusconi est sacralisé et n’apparait que sous cette appellation, presque comme un Dieu. Ce n’est qu’au bout de quarante-cinq minutes de film qu’il décide enfin de se montrer sous les traits d’une madone orientale. Et le changement d’ambiance est radical. Adieu les fêtes débridées de la première partie et place à un récit plus intimiste d’un homme qui ne séduit plus… S’en suit alors une quête de reconnaissance du personnage qui le mènera – via sa rencontre avec ce proxénète  – à ces fameuses « Bunga Bunga » [expression utilisée par la presse pour faire référence aux présumées orgies de Berlusconi, ndlr].

Une critique déguisée 

Le film n’est clairement pas une critique frontale. C’est peut-être cela qui lui a valu un tel bashing de la presse francophone. Aucun discours de Berlusconi juxtaposé à ceux d’Hitler (comme le feraient d’autres…). Pas de trash, pas de facilité. Mais une critique plus implicite qui rend le propos d’autant plus pertinent.  « Tout est observation, tout est arbitraire » comme le rappelle la première phrase du film. 

Cinéma

Le FIFDH, le militantisme et les autres

Publié

le

"Zero Impunity" des frères Blies sera présenté dans le cadre du 17e FIFDH

La 17e édition du Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH) de Genève présentera jusqu’au 17 mars prochain une série de films, débats et événements partenaires. Cette année, le Festival rend hommage à Evdokia Romanova, militante pour les droits des personnes LGBTQ+ en Russie.

«Now is not the time to give up» (Ce n’est pas le moment d’abandonner, en français). Ces mots prononcés par la défenseure des Droits de l’Homme Evdokia Romanova accompagneront cette nouvelle édition du FIFDH, comme un appel à l’engagement. Cette militante russe, condamnée en 2017 à une amende pour «propagande homosexuelle», a fait appel de cette décision. La jeune femme est soutenue par Amnesty International. Isabelle Gattiker, directrice générale et des programmes du FIFDH, ajoute à ce sujet : «Avec Evdokia cette édition du FIFDH se veut un vibrant hommage à ces milliers d’hommes et de femmes qui partout à travers la planète en Syrie, en RDC, au Soudan, au Guatemala, en Chine, sont privés de lumière et de justice et même écrasés, harcelés, torturés, arrêtés ils continuent leurs combats et ils nous regardent comme elle, droit dans les yeux avec cette question : pendant que nous avons résisté, vous, qu’avez-vous fait ? Et nous avons tous et toutes dans cette salle une responsabilité par rapport à cette question».

Evdokia Romanova est membre du mouvement Avers, qui défend les droits des personnes LGBTQ+ en Russie et leur offre assistance – DR

Les femmes insoumises à l’honneur

Tenu en parallèle avec à la session principale du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, le Festival offre une véritable opportunité d’expression et de discussion autour de la thématique des Droits Humains (Hackathon pour les droits humains, Faire du droit au logement décent une réalité). Parmi les 48 films retenus, seront notamment traitées les questions de la liberté d’expression (A Dark Place), du Droit d’asile (Strange Fish, The Sweet Requiem, Hamada) et du Droit du Travail (Autour d’Opération Papyrus, A Northern Soul, Ghost Fleet). Près de 300 invités de renom se succèderont pour débattre des différentes thématiques abordées.

Pour cette édition, le Festival a ouvert ses portes le 8 mars dernier, date de la Journée internationale des Droits des Femmes. Pour l’occasion, Nadia Murad, Prix Nobel de la paix 2018, fut mise à l’honneur dans un documentaire signé Alexandria Bombach (On her shoulders). La projection s’est suivie d’un débat en présence de trois militantes pour les droits humains, Hajer Sharief (Libye), Sareta Ashraph (Irak) et Tetiana Pechonchyk (Ukraine), ainsi que de Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, et de Pascale Baeriswyl, Secrétaire d’État suisse aux affaires étrangères.

Trois films suisses présentés mettent à l’honneur des femmes libres : le documentaire Delphine et Carole, insoumuses de Callisto Mc Nulty rend hommage à Delphine Seyrig et Carole Roussopoulos, cinéastes féministes, joyeuses et radicales des années 70. Léa Tsemel, avocate de Philippe Bellaïche et Rachel Leah Jones retrace le combat de l’avocate israélienne éponyme. Insoumises, de Laura Cazador et Fernando Perez Valdes, présenté en première européenne, est porté par Sylvie Testud.

Le Web a 30 ans

Dans le cadre des 30 ans du Web, le FIFDH organise un hackathon, à savoir un événement au cours duquel des volontaires se réunissent pour faire de la programmation informatique collaborative.

Durant une journée, les participants seront invités à réfléchir sur le thème «Internet, Open Source et Droits Humains», afin de proposer des solutions innovantes aux différents enjeux posés par les institutions partenaires. Richard Stallman, fondateur du mouvement du logiciel libre, sera également présent pour un débat, le 17 mars, afin de clôturer l’événement.

La 17e édition du FIFDH se déroule du 8 au 17 mars 2019, à Genève – fifdh.org

Continuer la lecture

Sélections

Des X-Men à Spider-Man, les superhéros continuent d’accaparer nos salles

Publié

le

Brie Larson est Captain Marvel, dans ce 21e film des studios Marvel – © Marvel Studios

2019 ne dérogera pas à la règle. Une nouvelle fois, l’année sera riche en films de superhéros. L’occasion de faire le point sur ce qui nous attend, à travers un calendrier de films des maisons Marvel et DC Comics.

Depuis plusieurs années, les films mettant en scène des personnages de comics aux capacités aussi spectaculaires que hors du commun connaissent un second souffle auprès du grand public. Une popularité notamment portée par une évolution technologique de l’industrie du cinéma, permettant ainsi de rendre hommage comme il se doit à des figures désormais emblématiques de la pop culture.

2019 s’annonce être une année charnière pour les studios Marvel. Après dix ans, le Marvel Cinematic Universe (MCU) a su profondément installer son univers et ses personnages dans la culture cinématographique moderne. Un ancrage porté par pas moins d’une vingtaine de production depuis 2008. Avenger : Endgame, prévu pour le 24 avril 2019, sera donc l’aboutissement de vingt-deux films interconnectés.

En ce qui concerne l’univers cinématographique DC (DCEU), c’est six films qui ont été produits depuis 2013, avec en chef de chantier le très controversé Man of Steel de Zack Snyder. En plus d’un ratio nettement moins élevé que chez le concurrent, les films DC n’ont pas fait l’unanimité chez les fans, notamment avec un Sucid Squad décevant, un Batman vs Superman trop ambitieux, et un Justice League qui n’était pas à la hauteur des héros qui la compose. Heureusement, le film Aquaman sortie en fin d’année 2018, à quant à lui été accueilli avec beaucoup de succès, et porte sur ses épaules l’espoir des fans pour les années à venir. Attention, spoilers.

Captain Marvel, de Anna Boden et Ryan Fleck

Acteurs principaux : Brie Larson, Samuel L. Jackson, Jude Law
Date de sortie : 6 mars 2019

Synopsis : Captain Marvel raconte l’histoire de Carol Danvers, qui va devenir l’une des superhéroïnes les plus puissantes de l’univers, lorsque la Terre se révèle être l’enjeu d’une guerre galactique entre deux races extraterrestres.

Bien que ce synopsis ne nous dévoile pas grand-chose de l’intrigue, l’on se réjouit, néanmoins, de se (re)plonger dans les années 1990, une période qui reste encore inexplorée dans le MCU, et de découvrir le premier film Marvel avec une femme pour protagoniste. Ceux qui ont patiemment attendu la scène post-générique d’Avenger : Infinity War le savent déjà, Captain Marvel fera ensuite un bond d’une trentaine d’années pour rejoindre les autres superhéros des studios Marvel dans Avenger : Endgame.

Shazam, de David F. Sandberg

Acteurs principaux : Asher Angel, Zachary Levi, Mark Strongen
Date de sortie : 5 avril 2019

Synopsis : On a tous un superhéros qui sommeille au fond de soi… Il faut juste un peu de magie pour le réveiller. Pour Billy Batson, gamin débrouillard de 14 ans lâché dans une famille d’accueil, il suffit de crier «Shazam !» pour se transformer en superhéros. Ado dans un corps d’adulte sculpté à la perfection, Shazam s’éclate avec ses tout nouveaux superpouvoirs. Est-il capable de voler ? De voir à travers n’importe quel type de matière ? De faire jaillir la foudre de ses mains ? Et de sauter son examen de sciences sociales ? Shazam repousse les limites de ses facultés avec l’insouciance d’un enfant. Mais il lui faudra maîtriser rapidement ses pouvoirs pour combattre les forces des ténèbres du Docteur Thaddeus Sivana.

Comme nous le laisse entendre le compendium, le film oscillera entre le côté magique, superhéroïque, et comique. Un choix logique, quand on sait que l’histoire présente un adolescent, qui, du jour au lendemain, se voit conférer des capacités dont n’importe quel humain rêverait. Un film qui portera donc avec lui un aspect plus léger que ce qu’il se fait habituellement dans les films de l’univers DC, jugés souvent trop sombres et sérieux par leurs détracteurs.

Avengers : Endgame, de Joe Russo et Anthony Russo

Acteurs principaux : Robert Downey Jr., Chris Evans, Chris Hemsworth
Date de sortie : 24 avril 2019

Synopsis : Aboutissement de vingt-deux films interconnectés, le quatrième volet de la saga Avengers sera le tournant décisif de ce voyage épique. Nos héros bien-aimés vont vraiment comprendre à quel point cette réalité est fragile et les sacrifices qui doivent être faits pour la maintenir.

Un résumé qui n’a rien de très joyeux, avec le mot «sacrifice», qui résonne fort dans la tête des adeptes de la franchise. On peut donc s’attendre à la disparition de personnages comme Iron-Man (Robert Downey Jr.) et Captain America (Chris Evans), dont les contrats des acteurs s’arrêtent après Avengers : Endgame. À cela s’ajoutent les interrogations des fans quant à la signification du titre. Certains en on déduit qu’il s’agit d’une référence directe à la réplique de Doctor Strange dans Avengers : Infinity War. Juste après que Thanos ne s’empare de la Pierre du Temps, le Sorcier Suprême souffle à Iron-Man : «We are in the end game now». («Nous sommes dans la phase finale maintenant»).

X-Men : Dark Phoenix, de Simon Kinberg

Acteurs principaux : James McAvoy, Michael Fassbender, Sophie Turner
Date de sortie : 5 juin 2019

Synopsis : Jean Grey va perdre le contrôle de ses pouvoirs et devenir une menace pour ses amis et le reste de l’univers.

X-Men Dark Phoenix fait suite aux événements des films X-Men : Le Commencement (2011) de Matthew VaughnX-Men : Days of Future Past (2014) et X-Men : Apocalypse (2016), tous deux de Bryan Singer. Le film plantera son décor dans les années 1990, tandis que Jean Grey (Sophie Turner) lutte contre une évolution de ses pouvoirs qui lui est imposée, lors d’une mission spatiale. Alors que le rachat quasi certain de la Fox par Disney devrait avoir lieu courant 2019, nombreux sont les fans qui espèrent voir une réunion entre l’univers X-Men et le MCU dans les années à venir.

Spider-Man : Far From Home, de Jon Watts

Acteurs principaux : Tom Holland, Jake Gyllenhaal 
Date de sortie : 3 juillet 2019

Synopsis : Peter Parker part en voyage scolaire en Europe avec ses amis. À l’étranger, Nick Fury le recrute pour faire équipe avec Mysterio et combattre les Elementaux.

Fraîchement sortie, cette première bande-annonce du film nous dévoile des monstres, et un nouveau supervilain, qui arrivent à pic pour gâcher le séjour de Peter Parker en Europe. Connu dans l’univers des comics, Mysterio est un illusionniste, obsédé par l’idée de vaincre l’homme-araignée à l’aide de ses tours de passe-passe pour gonfler sa notoriété. Les Elementaux, quant à eux, sont le résultat d’expériences ayant mal tourné, leur procurant ainsi des capacités liées à divers éléments. On se souviendra notamment de l’homme-sable du Spider-Man 3 (2007) de Sam Raimi.

Les Nouveaux Mutants, de Josh Boone

Acteurs principaux : Anya Taylor-Joy, Maisie Williams, Alice Braga
Date de sortie : 2 août 2019

Synopsis : Les Mutants sont les plus dangereux, pour eux-mêmes comme pour les autres, lorsqu’ils découvrent leurs pouvoirs. Détenus dans une division secrète contre leur volonté, cinq nouveaux mutants doivent apprivoiser leurs dons. Traqués par une puissance surnaturelle, leurs peurs les plus terrifiantes vont devenir réalité.

Présenté comme un spin-off de l’univers X-Men, et particulièrement sombre, le film ne devrait pas se doter d’un supervilain déjà connu à ce jour.

The Joker, de Todd Phillips

Acteurs principaux : Joaquin Phoenix, Robert De Niro
Date de sortie : 2 octobre 2019

Synopsis : Dans les années 1980, à Gotham City, Arthur Fleck, un comédien de stand-up raté, bascule dans la criminalité et devient le Joker.

On ne sait pas encore grand-chose sur ce film, si ce n’est qu’il ne devrait pas être le plus notable de l’univers cinématographique DC. Seules quelques vidéos créées par des fans de la franchise se montrent sur le web. Joaquin Phoenix aura la lourde tâche d’incarner l’ennemi juré du chevalier noir, dans un Joker plus traditionnel que celui de Jared Leto dans Sucid Squad (2016) de David Ayer

Continuer la lecture