Connect with us

Récit

Les femmes cellophanes #3  : Sylvia Earle, biologiste marine

© Wikimedia Commons

Published

on

Durant la projection du documentaire Sea Of Life au Festival du film vert de Nyon, je me rappelle soudain de Sylvia Alice Earle. 

Plongée dans les abysses des documentaires Netflix, j’avais fait la connaissance de ce nom dans Mission Blue. Ce documentaire traçait les aventures et les découvertes de Sylvia Earle, biologiste marine et pionnière de la plongée moderne, le « scuba diving ».

A la fin de la projection, un débat éclate. Certains pensent que le film est « trop positif », que l’on ne voit pas les ravages que font la pollution sur les mers et les océans. D’autres, au contraire, se réjouissent de voir que la cause n’est pas perdue, qu’il y a encore de l’espoir. J’invite donc chacun à regarder Mission Blue, qui introduit le concept créé par Sylvia Earle, les « Hope Spots ». Ces spots sont des zones écologiquement uniques dans les océans, tels que des aires marines protégées (AMP) nécessitant une attention ou de nouveaux sites. Ils sont choisis pour leur contribution à la biodiversité, aux puits de carbone et à leur habitat important.

Dans la salle, personne ne semble connaître cette femme. Pourtant, je suis entourée de biologistes marins, de plongeurs… C’est pourquoi j’aimerais dédier ce troisième volet des « Femmes cellophanes » – notre série consacrée aux femmes « oubliées » – à cette incroyable biologiste marine, Sylvia Alice Earle, parfois surnommée « l’esturgeon général ». 

Earle naît en 1935 dans le New Jersey. La famille déménage sur la côte ouest de la Floride, où elle développe ses premiers intérêts pour le monde naturelEarle obtient son baccalauréat en Sciences à la Florida State University en 1955 et sa maîtrise en Sciences l’année suivante. Elle obtient également un doctorat en Philosophie, en 1966, à l’Université Duke. 

Ses études achevées, elle travaille un an en tant que chercheuse à Harvard, puis retourne en Floride en tant que directrice résidente du Cape Haze Marine Laboratory. En 1969, elle demande à rejoindre le projet Tektite, une installation située à cinquante pieds en-dessous de la surface de la mer au large des îles Vierges, qui permettait aux scientifiques de vivre dans leur zone d’étude pendant plusieurs semaines. Bien qu’elle ait enregistré plus de 1’000 heures de recherches sous l’eau, Sylvia Earle est rejetée du programme. Mais elle ne perd pas espoir et se présente l‘année suivante pour l’expédition Tektite II. La biologiste est cette fois sélectionnée pour diriger la première équipe féminine d’aquanautes.  

De 1980 à 1984, elle siège au Comité consultatif national sur les océans et l’atmosphère. Pendant cette période, elle et son futur mari, Graham Hawkes, ingénieur et designer sous-marin, fondent Deep Ocean Engineering, afin de concevoir, exploiter, soutenir et consulter des systèmes sous-marins pilotés et robotisés. En 1985, l’équipe construit un sous-marin de recherche qui fonctionne jusqu’à 1’000 mètres de profondeur, le Deep Rover. Il est testé l’année suivante et Earle rejoint l’équipe de formation au large de Lee Stocking Island, aux Bahamas. En 1986, la femme bat le record du monde de profondeur en plongée : 381 mètres. 

Sylvia Earle, en 2010 – © Wikimedia Commons

En 1992, elle quitte son poste et fonde Deep Ocean Exploration and Research pour faire avancer le génie maritime. La société, maintenant dirigée par la fille d’Earle, Elizabeth, conçoit, construit et exploite des équipements pour les environnements en haute mer.  

Chef de file des expéditions Sustainable Seas Expedition, un programme quinquennal parrainé par la National Geographic pour étudier le United States National Marine Sanctuary de 1998 à 2002, elle est aussi présidente du conseil de Harte Research Institute pour les études sur le golfe du Mexique, et présidente du Conseil consultatif pour l’océan dans Google Earth 

En 2010, Earle est invitée à parler devant 3’500 délégués et ambassadeurs des Nations Unies durant la conférence sur le modèle de La Haye. Deux ans plus tard, la biologiste marine mène une expédition au laboratoire sous-marin Aquarius de NOAA, situé au large de Key Largo, en Floride. L’expédition, rendant honneur au cinquantième anniversaire du projet Conshelf I du Commandant Jacques-Yves Cousteau, permet à Earle et à son directeur adjoint, Mark Patterson, d’étudier les récifs coralliens et la santé des océans.  

Le documentaire Netflix, Mission Blue, publié en 2014, retrace, alors, la vie et la carrière de l’esturgeon général, et plus particulièrement l’histoire de cette campagne ayant créée plus de 90 Hope Spots à travers le monde. Sylvia Earle est donc une héroïne de biologie, mais aussi de la conservation de la faune et de la flore marine, dont le nom devrait être (re)connu, et le travail célébré. 

Critique

Grand, Nick Cave envoute le Montreux Jazz Festival

Published

on

© 2018 FFJM – Lionel Flusin

Accompagné de ses furieux Bad Seeds, Nick Cave aura donné jeudi soir l’un des plus beaux concerts du mythique festival.

Le Stravinsky s’éteint. Plongée dans une nuit déchirée par quelques rares faisceaux de lumières, la salle hurle sans encore savoir qu’elle s’apprête à vivre un concert d’exception. Les Bad Seeds entrent en scène suivis de près par Nick Cave dans son costume trois-pièces noir habituel. Comme aimanté par son public, il se précipite vers la foule entamer Jesus Alone, une sombre ballade de son dernier album Skeleton Tree sorti en 2016. En une seule chanson, Montreux est conquis.

Très vite, la musique s’énerve. Comme pour nous rappeler, s’il en est besoin, que Nick Cave est bel et bien une immense figure du rock. À la demande d’un spectateur, les Bad Seeds lancent un furieux Loverman, puis enchaîne avec From Her To Eternity, titre rageur tiré de son premier album du même nom. Puis, le calme revient, Cave s’installe au piano pour une sublime version de The Ship Song, qui envoutera toute la salle, avant d’interpréter Into My Arms, l’un de ses plus grands succès, dont le refrain sera repris par l’audience toute entière.

Entre ses chansons, le sexagénaire ne cesse de communiquer avec son public. Il prend la pose pour une fan qui tente de la photographier, étreint longuement certains spectateurs du premier rang et réponds aux cris d’amour lancés dans le public par un « me too » amusé. Si Cave semble être au sommet, que dire des Bad Seeds ? La batterie est simplement exceptionnelle, la basse ronde, plus chaleureuse que jamais, tandis que les claviers portent chaque chanson à son paroxysme. Mention spéciale au percussionniste qui aura brillé durant l’entier du concert avec des interventions d’une rare justesse. Et Warren Ellis ! Qu’il soit à la guitare, au piano, à la flûte ou au violon, le fidèle acolyte de l’Australien depuis tant d’années impressionne à chaque fois, tant par son charisme et sa présence que par sa musique.

© 2018 FFJM – Lionel Flusin

Le concert touche à sa fin. Cave fait monter les spectateurs des trois premiers rangs sur scène, danse avec eux, les prends dans ses bras, avant de descendre dans le public pour aller chanter The Weeping Song, sur la régie, de l’autre côté de la salle. Il joue longuement avec le public, le fait chanter, taper dans les mains, puis retourne sur scène pour terminer la chanson sur ce refrain si entêtant « This is a Weeping Song », dans une ovation générale. Nous avons à peine le temps de reprendre nos esprits que Nick Cave demande au Stravinsky de s’asseoir par terre « On n’a encore jamais essayé ça, peut-être que ça ne va pas marcher » dit-il en riant. Et c’est ainsi que Cave entame Push The Sky Away, vraisemblablement l’un de ses plus beaux titres, en se baladant parmi la foule assise. Dans les premiers rangs, certains pleurent, d’autres affichent un immense sourire, chacun est bercé à sa façon par cette somptueuse chanson, le moment est magique.

Encore deux chansons en guise de rappel, puis les lumières se rallument, on démonte déjà la scène, tout le monde se dirige vers la sortie, encore ébahi par cette immense soirée.

Voir :  3 albums de Nick Cave avant son concert au Montreux Jazz Festival

Continue Reading

Récit

Les femmes cellophanes #4  : Alexandra Kollontaï, première ambassadrice

Published

on

Crédit : RIA Novosti

En pleines célébrations des 50 ans de Mai 68, c’est à l’une des plus grandes féministes socialistes, Alexandra Kollontaï, que nous consacrons le 4e portrait de notre série Les femmes cellophanes.

En effet, le mouvement de révolte étudiante et ouvrière fût principalement une révolte d’hommes, que certains catégorisèrent même de machiste. Pourtant, les mouvements socialistes dénombrèrent plusieurs partisanes féministes, dont certaines devinrent des figures extrêmement importantes. Alexandra Mikhaïlovna Domontovitch, son nom de jeune fille, en fait partie. 

Kollontaï naît le 19 mars 1872 à Saint-Pétersbourg. Enfant unique d’un général de l’armée tsariste, issu de la noblesse ukrainienne, et d’une riche finlandaise, on raconte que la future militante à l’esprit rebelle est passionnée par le mouvement socialiste. Après avoir refusé un mariage arrangé à ses 17 ans, son père la marie dès ses 20 ans à l’ingénieur Vladimir Kollontaï, en espérant calmer ses ardeurs révolutionnaires. Mais très vite, après la naissance de son fils et à peine 4 ans de mariage, elle se lasse de la vie de famille traditionnelle et quitte tout pour aller étudier l’économie politique à l’Université de Zurich.

En Suisse, elle en apprend plus sur le marxisme et se lie d’amitié avec plusieurs révolutionnaires en exil, dont Lénine. Dès son retour en Russie en 1899, elle prend part au mouvement révolutionnaire marxiste menchevik et rejoint le POSDR, le Parti ouvrier social-démocrate de Russie.

Durant la révolution de 1905 qui aboutit au Manifeste d’octobre, Alexandra Kollontaï se consacre à plein temps à la révolution. Elle émet pour la première fois un discours en tant que porte-parole des femmes prolétaires cette même année, lors de la réunion d’inauguration de l’Union Panrusse pour l’Egalité des droits des femmes. Son discours s’attaque au féminisme russe de son époque, qu’elle qualifie de « bourgeois » et de « distraction à la lutte des classes ».

Plus tard, elle rencontre Klara Zetkin, femme politique allemande, à la première Conférence internationale des femmes socialistes et celle-ci la persuade que les ouvrières sont les premières victimes de la société capitaliste et du patronat. Elle participe donc à l’ouverture, à Saint-Pétersbourg, d’un collectif légal d’ouvrières qui dénombrera plus de 300 adhérentes en quelques mois.

Alexandra Kollontaï, en 1937 – © Wikimedia Commons

Anticipant le premier Congrès féminin panrusse, Alexandra Kollontaï écrit Les Bases sociales de la question féminine, qui sera publié en 1909. En s’inspirant d’Engels et de Bebel, elle y traite des conditions de vie des travailleuses et du lien entre l’émancipation des femmes et la cause socialiste marxiste. Elle prend également part aux deuxième et troisième Conférences des femmes socialistes en 1910 et 1915g.

Sa fonction en tant que commissaire du peuple lui permet d’obtenir le droit de vote et d’être élue, le droit au divorce par consentement mutuel, l’accès à l’éducation, un salaire égal à celui des hommes, des congés maternité, l’égalité de reconnaissance entre enfants légitimes et naturels, et finalement le droit à l’avortement en 1920.

Elle s’oppose à la Première Guerre mondiale à son début et, de ce fait, quitte le parti menchevik pour rejoindre les bolcheviks en 1915. Surveillée par la police impériale pour ses attaques contre la politique tsariste dans son œuvre La Finlande et le socialisme, elle quitte la Russie. Après ses voyages en Europe du Nord et en Amérique, c’est en Norvège qu’elle apprend les débuts de la révolution russe en 1917 et décide de rentrer. Élue au comité central du parti bolchevik, elle devient la première femme du monde membre d’un gouvernement. La politicienne quitte ses fonctions, suite à de profonds désaccords concernant le plan de fin de guerre en 1918. La communiste de gauche fût l’une des pionnières du courant de l’Opposition ouvrière mais se dissocie du parti en 1922, lors de tensions au sein de ce courant d’opposition. Elle ne participa d’ailleurs plus jamais aux débats du Parti communiste russe.

L’écrivaine rentre au cœur de nombreuses polémiques sur la place des femmes dans la société soviétique. En effet, elle pense que la libération des femmes ne peut se faire que par refus de la famille. En 1918, elle parle de l’union libre dans La Nouvelle morale et la classe ouvrière, ouvrage basé sur l’égalité des rapports mutuels, l’absence de possessivité et la reconnaissance des droits individuels de chacun des membres du couple et le souci de l’autre réciproque. Elle-même vivra plusieurs relations amoureuses libres et multiples, pour lesquels même Trotski et Lénine la condamneront.

Alexandra Kollontaï devient à nouveau la première femme à tenir un poste dans le monde politique, cette fois en tant qu’ambassadrice de l’Union Soviétique. Elle débute en Norvège en 1923, et malgré les critiques virulentes sexistes et soviétiques, son succès lui mène à représenter son pays au Mexique, puis en Finlande. Certains politiciens finlandais proposeront même sa candidature pour le Prix Nobel de la paix en 1946, en vue des négociations qu’elle a mené pour les deux armistices entre l’URSS et la Finlande, en 1940 et en 1944, et pour l’armistice avec la Roumanie en 1944.

Elle animera également des séminaires sur l’histoire des relations internationales et de la politique extérieure soviétique à l’Institut de préparation des travailleurs diplomatiques et consulaires jusqu’en 1945. La militante, politicienne et écrivaine renonce à ses fonctions en 1945 et retourne à Moscou, où elle décède en 1952.

Continue Reading