fbpx
Slash, sur les réseaux

Adriano Koch, jeune pianiste et compositeur, dévoile le clip de I Should Have Run, un des morceaux de son premier album. Savant mélange entre jazz et électro, le morceau nous transporte, tout comme le clip, dans un univers musical riche et intrigant.

On peut dire qu’Adriano, 19 ans, a plus ou moins consacré sa vie à la musique et plus particulièrement au piano. Il commence à jouer dès son enfance, donne ses premiers concerts à 11 ans et compose dès ses 15 ans. Il y a deux ans, il décide de tout envoyer balader et arrête son gymnase pour se lancer à 100 % dans la musique : « C’était un très gros risque et un immense saut dans le vide, mais avec du recul c’est la meilleure décision que je n’ai jamais prise », se rappelle-t-il.

Adriano Koch, sous l’objectif d’Anne Gerzat.

Ses inspirations sont diverses : musique acoustique jazz, pop-électro et de l’électro « 4 on floor » (modèle rythmique, dont le beat est accentué sur chaque temps). Adriano réunit ces styles et se les approprie en créant une ambiance qui retranscrit ses pensées : « Je raconte des histoires et ce qui est chouette avec la musique instrumentale, c’est que l’imaginaire de celui qui la reçoit a beaucoup plus de place que dans une chanson à texte, narrative ». Et pour ce faire, il utiliser la technique du « sampling » : « Je cherche à partir d’un son modifié, d’une ambiance et je trouve une harmonie, une phrase, une batterie ou un empilement de samples qui marche bien », détaille le jeune pianiste.

Et c’est de cette manière qu’il a composé son premier album, enregistré le mois dernier et dont la sortie est prévue pour septembre. Le clip de I Should Have Run – un des morceaux de l’album – a été dévoilé aujourd’hui. Adriano l’a imaginé de A à Z et l’a réalisé lui-même. Il y tenait tout particulièrement : « J’aime m’occuper de la production de mes clips, car je pars du postulat que si j’ai eu envie d’exprimer quelque chose à travers un morceau, gérer la production de A à Z ne transmettra ce message que de manière plus authentique ». Tourné dans l’appartement d’une amie, le clip raconte une « provocation torturée, racontée par quelqu’un d’heureux ». L’ambiance y est tamisée et rappelle celle d’un club, tout en étant apaisante. On est capté par des jeux de fumée, de lumières et de lasers, accompagnés d’acteurs qui dansent. Un véritable voyage musical.

Adriano est sur Facebook et Instagram.

Repérages

À voir : “Angry”, le clip dystopique de Yael Miller

Publié

le

Capture : YouTube / Yael Miller

Après une belle aventure à la tête du groupe Orioxy, la chanteuse Yael Miller ouvre une nouvelle page avec son premier album «00-08» sur lequel figure le titre Angry, dont le clip, réalisé par la vaudoise Mei Fa Tan, sort aujourd’hui.

Dans un monde proche du nôtre, on déballe en laboratoire une jeune fille, sous les traits de la comédienne sino-brésilienne Isabela de Moraes Evangelista, pour en faire le visage de diverses marques. Manipulée, façonnée selon les désirs du marketing, elle est usée jusqu’à l’épuisement, puis disposée et remplacée, dans une boucle sans fin et sans issue.

À l’aide d’une réalisation épurée et directe, Mei Fa Tan, récompensée aux Journées de Soleure pour ses précédents travaux, nous plonge dans cet univers étrange mais pourtant familier.

Lire aussi :  À voir : le premier clip cabalistique de KAY JAM, réalisé par Mei Fa Tan

Le titre aborde les émotions qui peuvent prendre le dessus sur la vie, ces voix qui nous hantent et nous paralysent. Il parle aussi de l’acceptation de vivre avec notre sensibilité et de comment la transcender.

La collaboration artistique et humaine entre Yael Miller et Mei Fa Tan questionne, ainsi notre rapport à la consommation et au corps des femmes.

«00-08» est à retrouver sur toutes les plateformes de téléchargement légal yaelmillermusic.com

Continuer la lecture

Artistes

5 groupes suisses à découvrir ou redécouvrir

Publié

le

De g. à d. : Petit Navire, La Gale et Submaryne – Droits réservés

Le milieu musical suisse regorge de talents. Pour bien commencer cette année 2019, Slash vous fait découvrir ou redécouvrir cinq groupes ou artistes à écouter absolument. Un mélange de styles, du nouveau et du connu : un joli melting-pot rien que pour vos oreilles.

Giant Papaya

Le groupe lausannois Giant Papaya est formé par deux rappeurs ayant déjà travaillé individuellement (Big Friendly Giant et Grand Papa Tra). En anglais, ils balancent leur flow avec une petite touche groovy. Leur premier album en duo, «Juice», promet beaucoup !


Giant Papaya sera en concert le 19 janvier 2019 au «Week-end Rap & Trap III» du Nouveau Monde de Fribourg.

Petit Navire

Leur premier EP «Bali» a tout de même été signé sous le label de l’artiste belge Lost Frequencies, Found Frequencies. Le duo Petit Navire, composé de Gaston et Adam, se définit comme lausannois, ville de leur rencontre. Actuellement, les deux jeunes finissent une collaboration avec le producteur barcelonais Yall.

Submaryne

Rien qu’en écoutant le titre «Bali», on a l’impression de se retrouver sur une plage, en été, un cocktail à la main. Les sonorités estivales sont encore sublimées par la sublime voix de Submaryne, jeune chanteuse lausannoise. L’artiste a sorti en 2018 son premier album « Encore », dans lequel plusieurs reprises vous feront revisiter des classiques comme « Hit Sale » de Therapie Taxi ou « Junebug » de Robert Francis.

La Gale

Karine Guignard, alias La Gale, produit un rap engagé. La Lausannoise ose mélanger quelques sonorités rock ou orientales. Elle distille ses punchlines avec une aisance déconcertante.

Lire aussi :  Odeta.TV : quand la musique fait son cinéma

Director

Le groupe fribourgeois continue son ascension dans le monde du rock suisse. Formé par cinq potes (Hugo, Luca, Raphaël, Mattia et Blaise), Director jouera notamment aux Hivernales de Nyon et compte bien faire bouger le public avec son indie rock déroutant.


Director sera en concert le 9 février 2019 au Ned Club de Montreux, puis Le 28 février 2019 au festival Les Hivernales de Nyon.

Continuer la lecture